Nos projets > > Projets terminés > Collaborations internationales

Advance HTA : Advancing and strengthening the methodological tools and practices relating to the application and implementation of Health Technology Assessment

Isabelle Durand-Zaleski, Karen Berg Brigham

Collaborations : Panos Kanavos (London School of Economics, Royaume-Uni), John Cairns (London School of Hygiene and Tropical Medicine, Royaume-Uni), Domenica Taruscio (Istituto Superiore di Sanità, National Centre for Rare Diseases, Italie), Julio Lopez Bastida (Universidad Castilla la Mancha, Espagne), Valentina Rupel-Prevolnik (Institute for Economic Research, Slovénie), Reinhard Busse (Technische Universitat Berlin, Allemagne), Jaime Espin (Andalusian School of Public Health, Espagne), Alexandre Lemgruber (Pan American Health Organisation, Etats-Unis), Mary Baker (The European Brain Council, Belgique), Kalipso Chalkidou (NICE International, Royaume-Uni), Anna Zawada (Health Techonology Assessment Agency, Pologne), Karl Arnberg (Dental and Pharmaceutical Benefits Board, Suède).

Contexte

Le recours à l’évaluation des technologies de santé est de plus en plus fréquent en Europe. Elle permet de prendre des décisions de prise en charge et de remboursement basées sur des preuves, et contribue à une meilleure efficience dans l’allocation des ressources.

Cependant, on observe que selon les pays, l’évaluation d’une même technologie aboutit souvent à des décisions de prise en charge différentes, et ce malgré l’utilisation des mêmes données lors de l’évaluation. Ceci peut s’expliquer en partie par des préférences sociétales, des priorités de santé ou une perception du risque différente, mais suggère également qu’il existe un besoin important d’améliorer les méthodes d’évaluation utilisées.

Advance-HTA est un projet de 3 ans financé par le Septième programme-cadre (FP7).

Objectifs

Les objectifs du projet sont d’élargir le spectre de l’évaluation des technologies de santé, d’adresser les points méthodologiques les plus débattus de par leurs conséquences pour la prise de décision et l’allocation des ressources, et d’implémenter l’évaluation des technologies de santé dans les processus de prise de décision en l’Europe. Six points seront adressés en particulier :

  • l’optimisation des ressources (« value for money ») et les différentes approches concernant les seuils actuels d’allocation des ressources,
  • le concept de l’évaluation de la valeur (« value assessment ») des technologies, et les variables pouvant être prises en compte en plus de l’aspect coût-efficacité (par exemple la sévérité ou le fardeau de la maladie), permettant ainsi une évaluation plus complète des produits de santé et des interventions,
  • l’amélioration des méthodes d’évaluation pour les maladies rares et les médicaments orphelins ainsi que de la qualité des preuves requises pour cette évaluation,
  • l’élicitation des préférences, et leur possible établissement dans des conditions plus réalistes, au sein de la communauté des patients dans l’UE élargie,
  • la pertinence des outils actuels d’évaluation pour les différentes catégories de dispositifs médicaux,
  • l’amélioration de l’implémentation et du renforcement des capacités pour l’évaluation en Europe et en Amérique latine, où elle est explicitement considérée dans la prise de décision.

Méthode

Quinze pays européens ayant des processus d’évaluation des technologies de santé bien définis ont été retenus (Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Danemark, Ecosse, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Suède).

L’analyse se fera en deux temps. Les procédures d’évaluation des 15 pays seront d’abord étudiées par une revue des textes réglementaires et de la littérature, une consultation des sites internet des organismes de décision et des rencontres avec des experts impliqués dans chaque processus d’évaluation.

Une modélisation économétrique sera ensuite réalisée à partir des évaluations réalisées par les différentes institutions entre 2002 et mars 2014 sur des médicaments anti-cancéreux. La variable expliquée sera la décision finale (favorable, favorable avec restrictions, non-favorable) et les variables explicatives comprendront à la fois des variables décrivant le processus (variables organisationnelles, de procédure et relatives à la méthode d’évaluation employée) et le produit (indication, population cible, alternative thérapeutique etc.).

Echéancier

Date de début du projet : 2013

Date de fin du projet (prévisionnelle) : 2016

Dernière mise à jour le 12/08/2014