Nos projets > > Projets terminés > Autres projets

Dépistage et prise en charge du diabète gestationnel à la maternité de l’hôpital Mourier

Isabelle Durand-Zaleski, Laurent Mandelbrot, Guillaume Girard, Hélène Legardeur, Pierre-Emmanuel Hardel, Neige Journy

Contexte et problématique

Le dépistage du diabète gestationnel (DG) est actuellement fortement controversé. Beaucoup de questions restent sans réponse et la Haute Autorité de Santé (HAS) s’est abstenue en 2005 de faire des recommandations devant « l’ampleur des controverses et des incertitudes ». Néanmoins le dépistage du diabète gestationnel apparaît aujourd’hui justifié à l’ensemble de la communauté obstétricale. Il pourrait en effet permettre de limiter les risques de différentes pathologies pour le fœtus et la mère à court terme et à long terme.

Objectif clinique

Plusieurs questions se posent concernant la mise en place du dépistage du diabète gestationnel : Faut-il réaliser un dépistage ciblé ou un dépistage systématique ? Quelles méthodes de dépistage, quels seuils et quels outils diagnostiques utiliser ? (Évaluer la prise en charge du diabète gestationnel.)

Matériel et méthode

Un Test de O’ Sullivan systématique a été effectué idéalement entre la 24ème et la 28ème semaine d’aménorrhée. Si ce test de dépistage est positif (groupe OS+) la patiente subit 10 jours plus tard un test diagnostique consistant à réaliser une glycémie à jeun (GAJ) et une glycémie post prandiale (GPP). C’est la pertinence du test de O’ Sullivan que nous cherchons à évaluer.

La patiente est considérée comme ayant un diabète gestationnel (DG+) si GAJ ≥ 0,95g/l et/ou GPP ≥ 1,20 g/l. Elle suit un régime diabétique avec un contrôle régulier des glycémies. En cas de déséquilibre glycémique sous ce régime elle est mise sous insuline, au cours ou non d’une hospitalisation.

Le but est de découvrir ce qui différencie les groupes de patientes (OS+ OS-, DG+ DG- …) ainsi que les facteurs de risque de macrosomie et ceux du diabète gestationnel grâce à une analyse univariée et multivariée. Ensuite seront testées les corrélations entre les différentes variables. Enfin on évaluera l’efficacité de la prise en charge thérapeutique.

Dernière mise à jour le 20/10/2010