Nos projets > > Projets en cours > PREPS

E-psyjeunes : Recherche interventionnelle pour la prévention du suicide chez les adolescents et les adultes jeunes en population générale mobilisant des outils de e-santé et un dispositif de promotion local impliquant la population civile

Karine Chevreul,Anaïs Le Jeannic, Clément Picot-Ngo, Agnès Dumas, Corinne Alberti

Collaborations : Jean-Luc Roelandt (CCOMS), Bruno Giraudeau (INSERM), Marie-Odile Krebs (Hôpital Sainte Anne), Julie Bourgin (Hôpital Louis Mourier)

Contexte

Entre 15 et 25 ans, les adolescents et jeunes adultes (AJA) traversent une période de restructuration importante les rendant particulièrement vulnérables et à risque de souffrance psychologique. Les études montrent que 10 à 20% des AJA présentent des signes de souffrance psychologique et que le suicide est la deuxième cause de mortalité sur cette tranche d’âge. Par ailleurs, la stigmatisation est un frein à leur recherche d’information sur les troubles ou signes qu’ils présentent et sur leur capacité à avoir recours à une aide. Or, plus la prise de conscience de la souffrance psychologique est précoce, moins il y a de risque d’aggravation et de passage à l’acte suicidaire. Si des dispositifs sont mis en place pour prévenir un nouveau passage à l’acte après une première tentative de suicide, il n’existe actuellement pas d’intervention de prévention du suicide en population générale des AJA en France.
Aujourd’hui, les AJA recherchent majoritairement des informations sur internet et sont utilisateurs d’applications mobiles. Ces supports présentent l’avantage de respecter l’anonymat et l’intimité des personnes. C’est pourquoi, l’intervention proposée recourt à ces outils.

Objectifs

E-psyjeunes a pour objectif d’évaluer une intervention associant 1) une application sur téléphone mobile et un site web miroir gratuits à 2) une promotion de ces outils au niveau des collectivités locales par les acteurs en contact avec les AJA et leur entourage. Les outils d’e-santé informeront sur les signes et les causes de la souffrance psychologique, sur les idées suicidaires ainsi que sur les solutions de prise en charge préventives et curatives. Ils permettront également aux AJA de se tester par l’intermédiaire de questionnaires et de géolocaliser autour d’eux les ressources accessibles.

Méthode

Une recherche interventionnelle sera mise en place avec le développement d’un site internet et d’une application pour smartphone en prévention du suicide. Le contenu et la structure de l’outil de e-santé ont été déterminés à partir 1) d’une revue de la littérature internationale et des rapports des projets européens consacrés à la prévention du suicide et à l’utilisation d’outil e-santé/internet 2) de la mise en œuvre de focus groupes comprenant des spécialistes de la santé mentale et du suicide des AJA (psychiatres et psychologues), des AJA et l’équipe du projet. L’ensemble des informations dispensées sera mise à disposition sous forme d’une courte vidéo (professionnels et témoins). Par ailleurs, un guide et des outils de promotion seront fournis aux villes (méthode, textes de communications, affiches, flyers…) en impliquant des acteurs locaux dans un focus group.

Un essai contrôlé randomisé en clusters de type 1 :1 inclura au minimum 36 collectivités couvrant une population d’environ 4 millions d’habitants soit 520 000 AJA pour évaluer l’efficacité du dispositif associant l’outil de e-santé et sa promotion sur 18 mois.

Le critère principal (actes suicidaires) sera recueilli à partir des données du Cépi-DC pour les décès, et à partir d’une méthode élaborée par Santé Publique France pour les tentatives de suicide. Il prendra en compte les déclarations de la consommation de soins et les recueils des bases médico-administratives correspondantes (urgences, hospitalisations, consultations…) à M0 et M18. L’étude sera réalisée du point de vue de l’ensemble des financeurs publics (collectivités, assurance maladie, complémentaires santé et usagers).

Les données seront collectées à la fois au niveau des villes (nombre d’actes suicidaires, nombre et type de mesures additionnelles de prévention développées par les municipalités, intensité de la participation au site internet, barrières à la mise en œuvre) et au niveau des utilisateurs du site internet et de l’application (niveau de douleur psychologique, risque suicidaire, qualité de vie liée à la santé, recours aux soins et à l’aide informelle).

Conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS), nous réaliserons une étude coût-utilité de l’intervention car il est attendu un impact positif sur la qualité de vie des usagers.

Echéancier

Lancement du projet : 2019
Durée : 36 mois

Dernière mise à jour le 7/08/2019