Nos projets > > Projets terminés > Autres projets

Estimation du fardeau économique du suicide et des tentatives de suicide en France en 2009

Karine Chevreul, Anaïs Le Jeannic, Thomas Lefevre, Marie-Amélie VINET, Marie-Caroline Clément, Jeanne Gervaix

Contexte

En France, chaque année, plus de 10 400 personnes décèdent par suicide (CépiDc, Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès), ce qui fait de la France un des pays européens avec le plus fort taux de suicides. Le nombre de tentatives de suicide (TS) est proche de 195 000 et est à l’origine de 90.000 hospitalisations chaque année (BEH, n°47-48).

En sus des répercussions humaines, le suicide et les tentatives de suicide représentent également un coût économique. Ce dernier a fait l’objet d’estimations dans d’autres pays (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Nouvelle-Zélande), et a été chiffré chaque fois en milliards d’euros par an. De telles données ne sont actuellement pas disponibles pour la France.

Objectif

L’objectif de cette étude est de produire une estimation du fardeau économique que représentent les suicides et les tentatives de suicide en France.

Méthode

Pour estimer le coût économique des suicides et TS, nous avons calculé les coûts de trois grands agrégats : les coûts directs, indirects et intangibles.

Les coûts directs (ceux qui peuvent être directement rattachés aux suicides et TS) regroupent les coûts liés à la prise en charge dans les secteurs sanitaire et médico-social mais également les autres dépenses qu’elles soient publiques ou liées à la famille. Ce sont donc les coûts suivants :
1) La prise en charge sanitaire : hospitalisation, passage aux urgences et/ou par le SAMU, consultations en ambulatoire, médicaments et frais de transport
2) La prise en charge médico-sociale : en établissement et à domicile (SSIAD)
3) Les autres dépenses publiques : médico-légales, police judiciaire, pompiers, indemnités journalières, indemnités d’invalidité, allocations de garantie de ressources, l’aide aux familles et aux victimes.
4) Les autres dépenses : obsèques (frais funéraires)

Les coûts indirects mesurent la perte de productivité engendrée par le suicide ou la TS pour la victime mais également aussi pour l’entourage (qui peut être traumatisé).
La perte de productivité est évaluée par le manque à gagner du travail rétribué ou non en cas de décès (suicides) ou d’arrêts maladie suite à une TS.

Les coûts intangibles permettent de valoriser le préjudice psychologique ou l’altération de la qualité de vie subie par le patient ou son entourage. Ils sont mesurés dans notre étude par la méthode du capital humain. L’évaluation est fondée sur la valeur économique pour la société de la durée de vie en bonne santé d’une personne du même âge, mesurée par une estimation du revenu que la personne aurait pu gagner.

Échéancier

Début :
mai 2012

Fin :
début 2014

Dernière mise à jour le 19/05/2014