Nos projets > > Projets en cours > > STICs / PHRC > > Soutien aux Technologies Innovantes et Coûteuses > 2009

STIC CHIRCOL : Evaluation médico-économique de la chirurgie par laparotomie vs. chirurgie par laparoscopie dans le cancer du colon droit

Anais Le Jeannic, Isabelle Durand-Zaleski

Collaboration : Pr M. Karoui, Service de Chirurgie digestive et hépato-bilio-pancréatique, CHU Pitié Salpêtrière ; Pr. Alain Mallet, Unité de Recherche Clinique, CHU Pitié-Salpêtrière.

Contexte

Le cancer colorectal est le plus fréquent des cancers dans la population française.
Son traitement a été modifié de façon importante par la pratique courante de la laparoscopie qui reste controversée pour certaines localisations. En effet, depuis ces dix dernières années, le traitement du cancer colorectal par cœlioscopie était admis dans le cadre d’études randomisées permettant d’apporter un niveau de preuve suffisant, essentiellement sur le plan carcinologique. Ces essais ont permis d’élaborer des recommandations de traitement par cœlioscopie pour des malades sélectionnés.
Néanmoins il reste important de préciser l’apport de la cœlioscopie pour le cancer du colon droit et du rectum au plan de la clinique, du coût et de la qualité de vie. Si les études précédentes ont montré une durée d’intervention plus courte par voie ouverte, les transfusions ou la consommation d’antalgique semblent indiquer une moindre utilisation des ressources hospitalières chez les patients traités par cœlioscopie.

Objectifs

L’objectif principal est de permettre la comparaison des résultats carcinologiques et fonctionnels des deux techniques : chirurgie par cœlioscopie et chirurgie par voie ouverte lors du traitement du cancer du colon droit. Le critère de jugement principal est le nombre moyen de ganglions sur la pièce opératoire et la qualité des marges de résection. L’hypothèse principale est la non infériorité de la cœlioscopie.

Les objectifs secondaires sont :

  • d’évaluer la morbidité postopératoire (taux de conversion, transfusions, durée de traitements antalgiques),
  • d’évaluer la satisfaction du patient (questionnaire EORTC-QLQ-C30 version 3),
  • de réaliser une évaluation économique avec comme critères de jugement :
    • La durée et le coût de l’acte,
    • La durée et le coût d’hospitalisation,
    • La durée et le coût de l’ensemble de la stratégie, rapporté le cas échéant au résultat médical,
    • L’impact de l’introduction de l’innovation sur le recrutement et l’activité des services.

Méthode

Il s’agit d’une étude prospective, multicentrique nationale non randomisée comparant une technique opératoire à une autre pour le traitement du cancer du colon droit. C’est une étude de non-infériorité, où est comparée une cohorte dite exposée à une autre non exposée. Un appariement entre les deux groupes de patients sera réalisé pour limiter les facteurs de confusion liés au recrutement potentiellement différent entre les centres. Quinze centres participent à ce projet, chacun d’eux étant considéré comme expert dans sa technique, réalisant le traitement de la tumeur soit par laparotomie, soit par cœlioscopie. Chaque patient est opéré selon la technique habituelle du service avec un bilan préopératoire et un suivi post opératoire identiques.

Évaluation médico-économique
Il s’agit de déterminer le coût total d’une colectomie droite par cœlioscopie ou par laparotomie du point de vue de l’hôpital.

  • Coût de la procédure : les coûts de fonctionnement du bloc sont obtenus à partir d’un micro-costing (ressources humaines et gros matériel), et d’une analyse de coût en « top down » (comptabilité analytique de la Pitié-Salpêtrière)
  • Coût de l’hospitalisation : les données relatives à l’hospitalisation des patients sont issues des bases régionales PMSI des centres.
  • Impact de l’innovation : l’évolution du nombre de cœlioscopies et de laparotomies de 2007 à 2010 est obtenue à partir de la base nationale du PMSI.

Échéancier

Début de l’étude : juillet 2009
Suivi des patients : 24 mois.

Dernière mise à jour le 23/12/2016