Nos projets > > Projets en cours > > STICs / PHRC > Programme Hospitalier de Recherche Clinique

Evaluation médico-économique de l’étude RUBIS : intérêt d’une stratégie de dépistage de l’ischémie myocardique par la TEP au 82Rubidium comparée à la SPECT au 99mTc-Sestamibi chez les patients en surpoids et les femmes

Maroua Mimouni, Julie Bulsei, Isabelle-Durand-Zaleski

Contexte

Les maladies cardio-vasculaires restent aujourd’hui l’une des premières causes de mortalité en France, en particulier chez les femmes et les personnes en surpoids. Les syndromes coronariens aigus sont le plus souvent imprévisibles et peuvent conduire à l’infarctus du myocarde, à l’insuffisance cardiaque et au décès prématuré, il est donc nécessaire de dépister précocement les patients à risque cardio-vasculaire et de prendre en charge leurs facteurs de risque. Pour cela, il est primordial de mettre en place de nouvelles techniques de dépistage de l’ischémie myocardique présentant de meilleures performances diagnostiques.

La SPECT ou tomographie par émission mono-photonique est la technique de référence pour l’identification de l’ischémie myocardique. Elle permet de détecter avec une haute sensibilité les troubles de la perfusion coronarienne et d’évaluer la localisation et l’importance de l’ischémie chez les patients présentant une cardiopathie ischémique. Cependant, l’interprétation des résultats de la SPECT reste gênée par des artefacts d’atténuation du signal myocardique causés par l’absorption et la diffusion des photons par les tissus environnants.

La tomographie par émission de positons (TEP), développée plus récemment, présente une supériorité remarquée en termes de résolution spatiale, de sensibilité de détection et de possibilité de quantification absolue de la fixation du traceur. Le principe de cette nouvelle technique repose sur la production, par un générateur de 82Rubidium, de positons permettant de tracer la perfusion myocardique. L’étude de la fixation myocardique du 82Rubidium au repos, et au stress pharmacologique, permet de quantifier la réserve de débit coronaire régionale et ainsi d’identifier les sténoses coronaires significatives.

Objectifs

L’objectif principal de la recherche est de comparer les performances diagnostiques pour la détection de l’ischémie myocardique, dans une population de patients en surpoids d’une part et dans une population de sexe féminin d’autre part, de la TEP au 82Rubidium avec stress pharmacologique au dipyridamole, et de la scintigraphie mono-photonique réalisée avec des caméras semi-conducteurs couplée à une épreuve de stress.

Les deux objectifs de l’évaluation médico-économique sont :

  • Estimer le coût de cette nouvelle technique dans un but de tarification par l’Assurance Maladie (AM) et d’aide à la décision publique.
  • Evaluer l’impact à 1 an de l’utilisation de la TEP au 82Rubidium en termes de coût et d’efficacité par rapport à la technique de référence.

Méthode

L’étude évalue les performances diagnostiques de détection d’une ischémie myocardique de la TEP au 82Rubidium comparé à la SPECT au 99mTc-Sestamibi chez des patients en surpoids et/ou des femmes adressés dans le service de Médecine Nucléaire participant à cette étude. L’évaluation médico-économique est réalisée de manière prospective sur l’ensemble de ces patients. 310 patients bénéficieront de ces 2 examens. Les performances diagnostiques seront évaluées en aveugle des résultats de l’autre test.

Une étude coût-efficacité sera réalisée. Le point de vue de cette étude est celui de la collectivité (patient, Assurance Maladie Obligatoire et Complémentaire). Comme la stratégie de dépistage de l’ischémie myocardique par la TEP au 82Rubidium n’est actuellement pas prise en charge par l’Assurance Maladie Obligatoire, aucun tarif ne lui est attribué. Le coût de l’acte sera donc valorisé par les coûts de production hospitaliers. Dans ce cas précis, le producteur est l’hôpital et quatre actes de TEP seront observés en vue d’un microcosting. Cela va permettre de répondre au premier objectif de tarification. Le coût de la SPECT a, quant à lui, déjà été valorisé.

Echéancier

Durée totale de l’étude : 40 mois comportant 24 mois de période d’inclusion
Fin des inclusions : décembre 2014
Fin de suivi des patients : décembre 2015
Fin du projet : 2016

Dernière mise à jour le 5/07/2016