Nos projets > > Projets en cours > Autres projets

Fardeau socioéconomique et facteurs associés aux coûts individuels de la schizophrénie, des troubles bipolaires et du syndrome d’Asperger

Karine Chevreul, Amélie Prigent, Christel Dindorf, Arnaud Nze Ossima

Collaborations : Charles Laidi, Marion Leboyer (Fondation FondaMental)

Contexte

Les troubles mentaux représentent un fardeau considérable en termes de prévalence mais également d’un point de vue économique. Une étude menée par notre équipe visant à évaluer le coût des troubles mentaux en France a estimé le coût annuel global de la prise en charge sanitaire à 13,4 milliards d’euros en 2007, soit 8% des dépenses de santé ; coût auquel s’ajoutent le coût pour les secteurs social et médico-social (9,4 milliards d’euros, incluant les allocations de compensation de revenu) et ceux associés respectivement à la perte de productivité (20 milliards d’euros) et à la perte de qualité de vie (65 milliards d’euros).

Ce travail a cependant été effectué tous troubles mentaux confondus alors que ces troubles regroupent des pathologies très hétérogènes, en termes de profils et pronostics cliniques, de besoins et de recours aux soins mais aussi de répercussions sur la capacité à travailler et la qualité de vie. Peu d’études ont été réalisées par pathologie en France, ces études étant principalement descriptives et/ou centrées sur une structure de soins spécifique. De ce fait, un apport de connaissances sur le fardeau socioéconomique des différents troubles mentaux ainsi que sur les caractéristiques des patients potentiellement associées à des coûts élevés reste nécessaire à une planification efficiente de l’offre de soins. Cela permettrait en effet d’informer la décision publique, respectivement sur l’ampleur des conséquences socioéconomiques de chaque trouble et sur les potentiels bénéfices résultant de modifications de l’organisation actuelle du système de soins de santé mentale, bénéfices devant être évalués « toutes choses égales par ailleurs » en prenant en compte les caractéristiques des patients associées aux coûts pour le secteur sanitaire notamment.

La mise en œuvre d’études évaluant le coût attaché à une pathologie précise suppose cependant de pouvoir circonscrire la population concernée, ce qui nécessite un accès à des informations diagnostiques fiables et homogènes, informations encore absentes des bases de données nationales. Le recours aux données issues des Centres Experts, structures proposant une évaluation diagnostique standardisée pour les patients souffrant de schizophrénie, de troubles bipolaires et du syndrome d’Asperger, permet de pallier cette limite. De plus, l’évaluation diagnostique proposée s’accompagne d’un recueil d’informations cliniques, décrivant notamment la sévérité des troubles et leurs éventuelles comorbidités, socioéconomiques (situation au regard de l’emploi, niveau de revenu et allocations perçues par exemple) et relatives aux prises en charge sanitaires et médico-sociales dispensées.

Objectifs

Les objectifs de ce projet sont :
1) D’estimer le fardeau socioéconomique de la schizophrénie, des troubles bipolaires et du syndrome d’Asperger en prenant en considération les coûts pour les secteurs sanitaire et médico-social, les coûts de perte de productivité associés à une diminution de la capacité à travailler ainsi que les coûts intangibles correspondant à une perte de qualité de vie.
2) D’identifier les caractéristiques cliniques, sociodémographiques et socioéconomiques des patients qui sont respectivement associés au coût de la schizophrénie, des troubles bipolaires et du syndrome d’Asperger pour le secteur sanitaire.

Méthode

Pour chaque pathologie étudiée, une méthodologie similaire sera mise en œuvre.
Le coût annuel sera calculé pour chaque patient suivi par les Centres Experts par grande catégorie de coûts. Les coûts pour le secteur sanitaire, les coûts pour le secteur médico-social et les coûts associés respectivement aux pertes de productivité et de qualité de vie seront pris en considération.

Dans le cadre de la poursuite de l’objectif 1, les coûts individuels évalués seront extrapolés au niveau national. L’incertitude relative à la représentativité des patients suivis par les Centres Experts ainsi que celle liée à la prévalence des troubles seront prises en considération via une analyse de Monte Carlo.

Pour atteindre l’objectif 2, des modèles de régression adaptés à la distribution conditionnelle des coûts seront mis en œuvre afin d’identifier les caractéristiques des patients associées à un coût plus élevé pour le secteur sanitaire.

Echéancier

Début : novembre 2014
Fin : décembre 2017

Dernière mise à jour le 12/01/2017