Nos projets > > Projets en cours > PREPS

PAPRICA : Parcours de prise en charge ville-hôpital pour soins de santé mentale

Amélie Prigent, Jeanne Gervaix, Christel Dindorf, Karine Chevreul

Collaborations : Marion Leboyer (Fondation FondaMental, Inserm U955, Groupe hospitalier Henri Mondor – Albert Chenevier), Jean-Luc Roelandt (Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale / EPSM Lille Métropole), Jean-Marc Macé (CNAM, LIRSA EA 4603)

Contexte

Selon l’OMS, les maladies mentales sont responsables du quart des invalidités et représentent un fardeau épidémiologique et économique important pour la société. La variabilité des parcours de prise en charge en soins de santé mentale est associée à une perte d’efficience et de qualité pour le système. Parmi les facteurs associés à cette variabilité, on retrouve des facteurs structurels modifiables par des réformes affectant l’organisation des soins de santé mentale et également l’offre environnante.

Objectifs

Il n’existe pas, à notre connaissance, de description des parcours de prise en charge en soins de santé mentale intégrant à la fois l’offre de soins publique et privée et considérant l’ensemble des modalités de soins, préambule nécessaire à l’étude des facteurs associés à la variabilité des parcours. C’est pourquoi, les objectifs de ce projet sont les suivants :

Objectif principal

Construire des parcours de prise en charge pour soins de santé mentale prenant en considération le recours aux soins publics et privés ainsi que l’ensemble des modalités de soins à temps complet, partiel et ambulatoires.

Objectifs secondaires

  • Proposer une méthode pour définir les parcours
  • Construire une typologie de parcours
  • Etudier la variabilité des parcours
  • Etudier la relation entre groupes de parcours et indicateurs de qualité de prise en charge
  • Identifier des facteurs associés à l’appartenance à un groupe de parcours

Méthodes

Les sources de données principalement mobilisées pour ce projet sont celles du SNIIRAM et du RIM-P, du PMSI-MCO ainsi que les bases de données de l’INSEE. Afin de disposer de l’ensemble des consommations de soins ambulatoires et hospitaliers pour raisons psychiatriques, y compris la consommation en centres médico-psychologiques, notre population d’étude sera l’ensemble des patients adultes ayant eu une prise en charge en soins de santé mentale à temps complet ou à temps partiel en 2011 dans trois établissements publics de soins de santé mentale (le CHD Georges Daumézon (Loiret), l’EPSM Lille Métropole (Nord-Pas-de-Calais) et le groupe hospitalier Mondor-Chenevier (Val-de-Marne)) et dans les établissements privés de soins de santé mentale situés sur leurs territoire de santé.

Les parcours de prise en charge en soins de santé mentale de ces patients seront ensuite reconstruits sur deux années, un an avant et un an après le premier contact avec l’un des établissements inclus, en considérant l’ensemble des modalités de prises en charge en ambulatoire et en hospitalisation pour raisons de santé mentale. Une typologie regroupant les parcours qui se ressemblent sera effectuée. La variabilité existant entre et au sein des groupes sera ensuite étudiée au regard de critères de qualité des soins. Enfin, nous étudierons les facteurs associés à la variabilité des parcours, en termes de caractéristiques cliniques et socioéconomiques des patients, de caractéristiques des producteurs de soins de santé mentale et de celles de l’offre sanitaire et médico-sociale complémentaire à la prise en charge pour soins de santé mentale.

Perspectives

Cette étude exploratoire proposera une méthode de construction de parcours de prise en charge à même de refléter à la fois l’intensité, la fréquence et la diversité des soins de santé mentale dispensés. Elle construira une première typologie de parcours afin de les comparer au regard d’indicateurs illustrant la qualité des prises en charge. Enfin, elle identifiera des facteurs associés à l’appartenance à un groupe de parcours.

L’identification de facteurs organisationnels mettra en évidence des premiers leviers sur lesquels agir en vue d’améliorer la prise en charge en psychiatrie. Une extension de ce travail au niveau national permettra d’identifier des facteurs complémentaires.

Echéancier

Février 2014 - Février 2016

Dernière mise à jour le 21/05/2015