Nos projets > > Projets en cours > Autres projets

Projet Aspie-Friendly : Construire une université « Aspie-Friendly »

Alicia Le Bras, Isabelle Durand-Zaleski

Collaborations : Bertrand Monthubert (IMT), Simone Bonnafous (UPEC, MENESR), Béatrice Bourdin (CRPCO), Philippe Brun (Université de Rouen), Jean-François Camps (UFTMiP-ESPE), Patrick Chambres (Université de Clermont), David Da Fonséca (AP-HM, Université Aix-Marseille), Serge Ebersold (UFTMiP, CNAM), Jeanne Krück (CERPSS), Hervé Luga (UFTMiP – IRIT), Christophe Morin (UPEC), Josef Schovanec

Contexte

Les personnes avec un trouble du spectre de l’autisme (TSA) sans déficience intellectuelle (dites « Aspie ») peuvent se retrouver dans des conditions scolaires qui vont du décrochage à l’hyper-performance. Leur réussite universitaire et leur intégration est encore mal assurée dans l’enseignement supérieur, malgré les efforts et les progrès réalisés ces dernières années.
Le coût de l’inaction est considérable : pour le Royaume-Uni, la London School of Economics a évalué à 32 milliards de livres le coût de l’autisme. Il pourrait être fortement réduit grâce à de nouvelles approches, conduisant notamment à une meilleure insertion professionnelle.

Objectifs

Constitué de 15 établissements, le projet « Aspie-friendly » a pour objectif l’amélioration de l’accès à l’enseignement supérieur des Aspies, ainsi que leur réussite et leur insertion sociale et professionnelle. Deux cursus sont concernés (le diplôme d’accès aux études universitaires B et les licences de sciences fondamentales). Les principales actions sont :
● L’élaboration d’une méthodologie facilitant la poursuite des études dans l’enseignement supérieur pour les Aspies qui le souhaitent et qui en ont la capacité.
● La promotion des stratégies d’accompagnement visant à améliorer la qualité de vie, les apprentissages, la réussite universitaire et l’insertion socio-professionnelle des Aspies.
● La mise en place d’une coordination des établissements impliqués.

Réalisé par l’Urc-éco, l’objectif principal du volet socio-économique repose sur l’évaluation de l’impact du projet en termes de gains sociaux et économiques.

Méthode

Il s’agit d’évaluer en quoi l’élévation espérée du niveau de qualification et d’employabilité des Aspies intégrés au dispositif réduira les coûts de prise en charge de ces personnes au titre de l’aide sociale. Nous réaliserons une série chronologique sur le nombre d’étudiants Aspies inclus dans le dispositif ayant eu leur diplôme et sur les bénéfices attendus.
La méthodologie sera conçue à partir de celle de l’OCDE qui évalue les coûts et bénéfices publics de l’obtention d’un diplôme de l’enseignement tertiaire (Regards sur l’éducation, OCDE, indicateur A7.4).

Les données empiriques nécessaires à l’estimation de cet impact sont : le nombre d’Aspies dans le dispositif, le nombre annuel d’étudiants Aspies diplômés d’un DAEU B/ d’une licence et les coûts de fonctionnement du dispositif au sein des universités. En l’absence d’information précise sur les Aspies inclus dans le dispositif après l’obtention du diplôme, nous utiliserons des données nationales pour estimer les coûts et bénéfices publics par individu (ex : revenu, aides sociales perçues, etc.).

Échéancier

Début de l’étude : Septembre 2019
Fin d’étude : 2022 et 2027 (deux évaluations d’impact)

Dernière mise à jour le 5/08/2019