Nos projets > > Projets en cours > > STICs / PHRC > > Soutien aux Technologies Innovantes et Coûteuses > 2013

STIC ESTIMET : Evaluation médico-économique de la stimulation médullaire multi-colonnes pour le traitement des patients souffrant de lombo-radiculalgies chroniques post-opératoires

Isabelle Durand-Zaleski, Julie Bulsei

Collaboration : Pr Philippe Rigoard (CHU de Poitiers)

Contexte

La lombo-radiculalgie chronique post-opératoire est définie par une douleur radiculaire chronique associée à des lombalgies d’étiologies diverses et d’expression mixte. Cette pathologie, fréquente, génère un handicap sévère pour le patient et représente un enjeu médical et économique majeur.
Après échec des traitements médicamenteux bien conduits (antidépresseurs ou anticonvulsivants), la stimulation médullaire unidirectionnelle peut être proposée. Cette technique consiste en l’implantation d’une électrode dans l’espace épidural à l’étage correspondant à la localisation anatomique des douleurs. Cette électrode est connectée à un neurostimulateur permettant d’appliquer à la structure cible un courant électrique modulable en fréquence, intensité et durée d’impulsion. La stimulation médullaire unidirectionnelle permet donc de prendre en charge les radiculalgies persistantes. Toutefois, bien qu’efficace au niveau dorsal, le soulagement de la composante lombaire reste rare et totalement aléatoire.
La stimulation médullaire multidirectionnelle a alors été développée afin de permettre le soulagement des lombo-radiculalgies chroniques post-opératoires réfractaires. L’innovation de cette technique repose sur une électrode nouvelle génération utilisant trois colonnes d’activation électrique afin de générer des programmes de stimulation transverse, étendant ainsi la couverture du territoire douloureux des membres inférieurs à la région dorso-lombaire.

Objectifs

Le STIC ESTIMET cherche à comparer l’efficacité antalgique et le coût de la stimulation médullaire multidirectionnelle sur la composante douloureuse lombaire par rapport à la stimulation médullaire unidirectionnelle.

Les deux objectifs de l’évaluation médico-économique sont d’ :

  • Evaluer l’impact de l’utilisation de la stimulation médullaire multidirectionnelle pour les patients et pour le système de soins en termes de coût et d’efficacité par rapport à la stimulation médullaire unidirectionnelle.
  • Estimer le coût de cette nouvelle technique dans un but de tarification par l’Assurance Maladie (AM) et d’aide à la décision publique.

Méthode

Il s’agit d’un essai clinique multicentrique, national, randomisé en simple aveugle et contrôlé qui cible deux groupes parallèles de patients implantés et suivis pendant douze mois, le groupe traité par stimulation médullaire unidirectionnelle et le groupe traité par stimulation médullaire multidirectionnelle. Cent neuf patients souffrant de lombo-radiculalgies post-opératoires chroniques neuropathiques, réfractaires aux thérapeutiques médicamenteuses et candidats à une neurostimulation médullaire sont randomisés. L’évaluation médico-économique est réalisée de manière prospective sur l’ensemble de ces patients. Cette évaluation prend en compte les coûts de l’hospitalisation initiale mais également les coûts des réhospitalisations, des transports, des arrêts maladie, du traitement médical et des consultations médicales et paramédicales. Concernant le critère d’efficacité, l’évaluation porte sur l’efficacité antalgique ainsi que sur la qualité de vie.
Le point de vue de cette étude est celui de la collectivité. Cependant, le GHM correspondant à la pose d’un stimulateur médullaire a été créé dans la base nationale du programme de médicalisation des systèmes d’information alors que seule la stimulation médullaire unidirectionnelle existait. Or, le coût de cette dernière est plus faible que celui de la stimulation médullaire multidirectionnelle. Afin d’obtenir une estimation des coûts proche de la réalité, les ressources hospitalières utilisées dans le cadre de la stimulation médullaire multidirectionnelle sont valorisées à partir des coûts de production hospitaliers. Dans ce cas précis, le point de vue est celui de l’hôpital et trois centres sont visités pour observation directe dans le cadre d’un microcosting.
L’horizon temporel est de six mois puis d’un an.

Echéancier

— Début de l’étude : 2013
— Fin des inclusions : octobre 2013
— Fin de suivi des patients : octobre 2014
— Fin du projet : 2015

Dernière mise à jour le 27/05/2014