Nos projets > > Projets terminés > Autres projets

STIGMA : Evaluation de l’effet du programme "médiateurs de santé pairs" sur la stigmatisation, la qualité de vie et le fonctionnement global des usagers des services de psychiatrie

Karine Chevreul, Marie-Amélie Vinet, Alicia Marzouk, Julie Ledrich, Isabelle Maillard, Amélie Prigent

Collaboration : Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale (CCOMS)

Contexte et hypothèses

Le programme « Médiateurs de santé pairs » (MSP) est une expérience pilote qui s’appuie sur les expériences étrangères d’intégration dans les équipes de soin en santé mentale d’anciens patients de la psychiatrie, appelés « peer support workers », « pairs-aidants » et ici « médiateurs de santé/pairs ». Ce programme innovant a pour objectif de former des « médiateurs de santé/pairs » puis de les mettre en situation dans des services de santé mentale. Ce programme est de nature pédagogique et professionnelle. Il s’organise autour d’une formation à la médiation en santé mentale et de la valorisation du savoir (expérientiel) d’anciens usagers des services de santé mentale.

Il se déploie sur trois régions de la France métropolitaine (Nord-Pas de Calais, Ile-de-France et PACA) et s’effectue en deux phases :

  • Phase 1 : formation universitaire par le biais d’un Diplôme Universitaire (D.U) : 1 an
  • Phase 2 : mise en situation et insertion dans les équipes après obtention du D.U : 1 an

Trente MSP ont au départ été sélectionnés et affectés à quinze services de psychiatrie adulte. Pour la comparaison avec un groupe témoin, quinze autres services de psychiatrie adulte seront également mobilisés.

L’URC Eco est en charge de l’évaluation quantitative du programme qui porte sur 2 études dont l’étude STIGMA.

Les hypothèses de cette étude sont que l’intervention des MSP permettrait, pour les usagers suivis, une diminution de la stigmatisation internalisée, une amélioration de la qualité de vie et une amélioration du fonctionnement psychologique, social et professionnel.

Objectifs

L’objectif principal est d’évaluer l’apport d’un suivi par un MSP pour les usagers accompagnés, en termes de stigmatisation internalisée, de qualité de vie et de fonctionnement global. L’objectif secondaire est de tester l’apport du suivi en fonction de la catégorie diagnostique.

Type de l’étude

Cette étude suit un schéma quasi-expérimental de type avant/après, ici/ailleurs, sans randomisation. Elle est basée sur les réponses à deux auto-questionnaires (ISMI –outil évaluant l’expérience subjective de la stigmatisation internalisée- et EQ-5D-5L – outil mesurant la qualité de vie associée aux problèmes de santé-) à remplir par les usagers inclus et sur l’évaluation par le psychiatre traitant du fonctionnement global (EGF) des usagers inclus. Ces questionnaires sont remplis à différents temps de l’étude (T0, T6 et T12) avec également un questionnaire sociodémographique standard.

Description de l’étude

Notre étude se basera sur la constitution de trois groupes :
- Groupe 1 : 300 usagers suivis par un MSP, et pour lesquels ce suivi débute en même temps que l’évaluation
- Groupe 2 : 300 usagers suivis dans un secteur témoin
- Groupe 1’ : tous les usagers suivis par un MSP, et pour lesquels ce suivi a débuté avant le début de l’évaluation

Pour assurer la comparabilité des trois groupes, un ajustement en termes d’âge, de sexe et de diagnostic sera réalisé sur les groupes 2 et 1’.

De plus, trois grands groupes diagnostics seront considérés pour cette étude, à savoir les troubles de l’humeur, les troubles psychotiques et les autres diagnostics réunis dans un troisième groupe. Cependant, la constitution de ces groupes diagnostics ne conditionnera en aucun cas le recrutement : une analyse rétrospective sur ces 3 grands groupes de diagnostics sera apportée lors de l’étude finale.

Critères de jugement

Les critères de jugement retenus sont les scores des questionnaires ISMI, EQ-5D-5L et EGF.

Analyse statistique principale

Afin de mettre en évidence les différences de moyennes des trois indicateurs (EGF, ISMI et EQ-5D-5L) entre groupes (groupes 1 à 3) à différents points dans le temps (T0, T6 et T12), un modèle d’analyse de variance (ANOVA) à mesures répétées à 2 facteurs (groupes, temps) sera utilisé. En présence de facteurs de confusion, ceux-ci seront intégrés au modèle afin de l’ajuster.
Une analyse descriptive des variables ainsi qu’une analyse complémentaire seront également apportées.

Calendrier/Echéancier

Début de la phase de mise en situation des MSP en janvier 2013 prolongée jusqu’en juin 2014.
Analyse des données prévue en septembre 2015.

Dernière mise à jour le 12/01/2017